La Promenade du Côna

Le site se situe en haut d’une colline qui domine la vallée de la Meuse. Elle est en forme de cône d’où le nom de promenade du Côna.

Le point de départ de la promenade est l’église Notre Dame construite en 1756 qui offre un beau panorama sur la vallée de la Meuse. La promenade est jalonnée de fragments de murailles, témoins de la forteresse qui protégeait jadis la ville, fortifiée en XIII.
En poursuivant la promenade, on parvient aux 104 marches qui constituent un accès possible sur le Côna. Un petit oratoire représente une vierge de miséricorde. La stèle a été érigée en souvenir d’un duel qui, au XVI°s, indigna la commune.
La vierge proviendrait de la chapelle des annonciades disparue à la Révolution.
Le calvaire a été érigé une première fois en 1697. La croix a été frappée deux fois par la foudre et brûlée puis, en 1756, elle fût renversée par le vent et brisée. Le calvaire a été construit en 1759 et la croix actuelle date de 1923. Peu après le calvaire, un nouveau point de vue permet de voir de nouveau la vallée de la Meuse.
La grotte de St Loup semble, vu sa construction en pierres, correspondre à une ruine de la forteresse. La légende qui lui est associée nous ramène à l’époque de l’invasion de la Gaulle par Attila et les Huns en l’an 451 : Lupus, évêque de Troyes, aurait évité la destruction de la ville par les Huns. Il fût cependant accusé de trahison et, passant à Bourmont dans sa fuite, il se serait caché dans cette grotte pendant de longues années. Quand ses poursuivants découvrirent enfin son repaire et essayèrent de le capturer, un pan de la grotte se ferma miraculeusement sur l’évêque Saint Loup, l’emprisonnant à tout jamais.

Promenade du Côna - Calvaire