Le Faubourg De France

En haut de la rue du faubourg de France,  au  croisement avec la rue des anciens Fossés, 

la rue de la Ferrée, au pied d'une tour reconstruite sur les bases de l'ancien rempart

de 42 tours, l'histoire de Bourmont est présente. C'était une des entrées de la Ville.
La destruction de La Mothe en 1645, le repli de ses habitants à Bourmont, a conduit

le duc Léopold, soucieux d'agrandir et d'embellir la ville à prendre un édit

le 21 avril 1720 qui exonérait d'impôts et charges « toutes personnes qui désireraient

bâtir des maisons ».
La volonté du duc Léopold était de construire en alignant les maisons pour conserver

l'uniformité, comme il était d'usage en Lorraine. Le domaine public allait jusqu'au

pied des immeubles, constituant les « usoirs », où pouvaient être déposés, matériel,

bois, fumier.
La construction vers le bas, estimée à une dizaine d'années par le duc Léopold, a

finalement pris plus de 150 ans.
On remarque que la rue est construite pratiquement sur la ligne de plus grande pente.

Si les immeubles sont alignés, leur taille est disparate, tant en largeur qu'en hauteur,

avec  deux niveaux en général, trois rarement. Les pignons sont ainsi décalés, donnant

cet aspect caractéristique à ce faubourg de France, qui réunissait Bourmont

à Saint-Thiébault, vers la France, à laquelle sera rattaché définitivement la Lorraine

en 1766 à la mort de Stanislas.

La SHAB, Société Historique et Archéologique du Pays de Bourmont, fondée en 1977, a pour objet de recenser, étudier, favoriser la conservation, mettre en valeur et faire connaître le patrimoine naturel, paysager, archéologique et historique de Bourmont et du pays qui l’entoure. Elle contribue à la vie culturelle locale et au développement touristique. Elle s’attache à sensibiliser les jeunes à l’histoire et au patrimoine en lien avec les collectivités territoriales et les partenaires concernés.