CITADELLES DE PIERRES ET DE PRIERES 

LES MONASTERES DES ANNONCIADES CELESTES AU XVII SIECLE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par Julie Piront

Généralement méconnu du grand public, l’ordre des Annonciades célestes retient l’attention de la recherche universitaire depuis plusieurs années. Fondé à Gênes en 1604, l’ordre réunissait des religieuses contemplatives et strictement cloîtrées, qui sont en effet particulièrement représentatives des nouvelles congrégations qui se multiplient à partir du XVIe siècle. Bien qu’elles n’aient établi qu’une cinquantaine de maisons en Europe, ces religieuses se sont engagées dans la Réforme catholique, prenant position, face aux mondes protestants, sur une « ligne de front » qui relie l’Italie à la Mer du Nord au cours de la première moitié du XVIIe siècle. Ayant subi de plein fouet les vagues de suppression des communautés qui se sont succédées dès la fin du XVIIIe siècle, seuls les écrits qu’elles ont produits et les édifices qu’elles ont érigés peuvent encore témoigner de leur présence discrète au cœur de nos cités.

En Haute-Marne plus qu’ailleurs, les Annonciades célestes ont laissé leurs empreintes dans la pierre à Joinville, Langres et Bourmont, et même dans le souvenir des habitants puisque les deux premiers établissements ont fermé leurs portes au cours du XXe siècle.

Puisant dans la production écrite et architecturale de ces femmes, cette conférence propose de revenir sur le contexte dans lequel ces communautés sont apparues, de comprendre leurs motivations profondes et leurs aspirations, pour relire à nouveaux frais l’histoire de ces communautés qui ont dû relever, comme tant d’autres, le défi de concilier esprit de retraite et insertion dans le monde.

 

À cette occasion, une visite introductive de la chapelle des Annonciades de Bourmont sera proposée au public.

chargée de recherches FNRS (Université de Liège)